L’objectif général du Salon ECOBUILDING PERFORMANCE

 L’objectif général du Salon ECOBUILDING PERFORMANCE est de contribuer au mouvement pour l’amélioration de la qualité énergétique et environnementale des bâtiments et pour le développement durable du cadre de vie bâti des territoires.
  Pour contribuer vraiment à ce mouvement, le Salon ECOBUILDING PERFORMANCE est composé d’un ensemble de manifestations qui font de lui plus qu’un salon. En effet, au-delà de l’exposition des produits et des activités, le salon :
• organise les «GRANDS PRIX ECOBUILDING PERFORMANCE» récompensant les projets et réalisations les plus significatifs,
• suscite une réflexion collective sur ce mouvement dans le cadre du «FORUM ECOBUILDING PERFORMANCE» lui-même composé de «Débats Ecobuilding Performance», d’«Evènements Partenaires», et d’«Ateliers Exposants».
Ainsi, le Salon ECOBUILDING PERFORMANCE assure une contribution significative à ce mouvement car il est total – il concerne tous les acteurs du mouvement, et il est pertinent – il provoque la confrontation de tous ces acteurs.
Dans un tel contexte, l’exercice de la langue de bois devient difficile.
Cette année la thématique pour toutes les composantes du Salon, en particulier pour les Débats du Forum, est la suivante :
• l’«Efficacité Energétique et Environnementale des Bâtiments»,
• le «Cadre de Vie Bâti Durable»,
• les «Bâtiments de Très Grande Hauteur».
Les raisons d’être de cette thématique sont simples : réfléchir «vrai» en évaluant, d’une part, de manière aussi objective que possible les efforts actuels sur la qualité des bâtiments et la qualité du cadre de vie bâti des territoires, et en tirant, d’autre part, le maximum d’enseignements de l’étude du problème « extrême » des tours.
 
Le débat sur l’« EFFICACITÉ ENERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DES BÂTIMENTS », le 18 septembre :
• Il s’agit d’un débat sur l’état du mouvement sur chacun de ces deux sujets, évidemment liés.
• Concernant l’efficacité énergétique des bâtiments en France, les pouvoirs publics sont actuellement très volontaires aussi bien pour les bâtiments existants que pour les bâtiments neufs. Qu’y a-t’il de vraiment nouveau pour les bâtiments existants ?
Sait-on bien recourir aux énergies renouvelables sur le terrain ? Sait-on maîtriser de manière optimale les flux d’énergie au niveau des bâtiments (consommation simultanée d’énergies non renouvelables et renouvelables, production d’énergie) ?
• Concernant l’efficacité environnementale des bâtiments en France, les acteurs concernés (maîtres d’ouvrage publics et privés, maîtres d’œuvre et certificateurs, réalisateurs) annoncent de la HQE® pour tout le monde. Alors quels enseignements peut-on tirer de cette pratique extensive pour la faire progresser, car nous sommes tous convaincus qu’il s’agit du premier
mouvement volontaire en France pour l’amélioration de la qualité des bâtiments ?
• Et où en sont d’autres pays sur ces deux sujets ? Qu’en est-il des pratiques significatives dans différents pays pour l’efficacité énergétique, sachant que la France a adopté à ce sujet une approche bien particulière, et pour l’efficacité environnementale, sachant qu’on a l’habitude de dire en France à ce sujet que l’herbe est plus verte ailleurs ? En fait, que peut-on reproduire, en l’adaptant éventuellement ?
 
Le débat sur le « CADRE DE VIE BÂTI DURABLE », le 19 septembre :
• Il s’agit modestement d’une première approche de ce thème à propos duquel on a la fâcheuse tendance d’oublier ses dimensions économiques et sociétales et de faire dans le très politiquement correct sur sa dimension environnementale.
• En particulier, les thèmes très concrets des objectifs et du management des projets et activités de gestion pour le développement durable du cadre de vie bâti des territoires, du développement local, de la dimension sociétale des territoires durables, des transports durables sont abordés.
• Qu’en est-il des pratiques significatives dans différents pays, sachant que là aussi on a l’habitude de dire en France que l’herbe est plus verte ailleurs à ce sujet ? En fait, que peut-on reproduire, en l’adaptant éventuellement ?
 
Le débat sur les « BÂTIMENTS DE TRÈS GRANDE HAUTEUR », le 20 septembre :
• Il s’agit d’un débat sur un enjeu urbanistique, architectural et technique d’exception à propos duquel il n’y a pas encore d’engagement significatif en France, enjeu qui peut apporter une valeur ajoutée pour le traitement de problèmes dans des projets plus traditionnels.
• Il s’agit entre autres d’aborder les problèmes de la multifonctionnalité, du travail dans les tours, de l’efficacité énergétique et environnementale, des circulations intérieures, de l’adaptabilité, de la gestion et de la maintenance, de la maîtrise des risques, du rapport « bâtiments / territoires », notamment à travers des exemples de tours à La Défense.
                                                                                  Gilles OLIVE
     Président du Comité de Pilotage
                                                                    Forum Ecobuilding Performance